2

Twitter

Facebook

Logo PS

Ma première élection

En 2006, je décide de me présenter pour la première fois aux élections communales. Malgré mon jeune âge, le PS namurois décide de me faire confiance et me place 6ème sur la liste. 

A l'issue de la campagne, malgré mes 860 voix, je ne suis pas élue. Je suis néanmoins 2ème suppléante, ce qui est un bel encouragement pour ce premier essai. Ce résultat me permet d'être désignée comme Conseillère de l'Action sociale au CPAS de Namur, un premier mandat local qui m'apprendra énormément. Je faisais partie du Comité "Jeunes" et de celui des "Maisons de repos". J'ai eu la chance de pouvoir couvrir, dans ce cadre, un large spectre de problématiques très enrichissantes. J'ai également eu l'occasion de rencontrer beaucoup de personnes au parcours de vie bien différents, une belle manière de rester éveillée aux réalités de terrain.

Mon arrivée au Conseil communal namurois

IMG 20150928 234251 copie

En 2009, Jean Goffinet décide de prendre sa retraite.

Ce faisant, il m'ouvre une place au sein du Conseil communal. Je quitte le Conseil de l'Action sociale avec tristesse mais à la fois avec l'envie d'endosser mes nouvelles responsabilités de Conseillère communale avec sérieux et détermination.

Pari visiblement tenu puisqu'en 2012, je suis réelue par les citoyens namurois ! 

Un travail d'opposition constructive

Les conseils communaux se tiennent un jeudi par mois à partir de 18h. Nous y discutons de dossiers tels que : aménagement de voiries, enseignement communal, citadelle, subsides aux associations culturelles, sportives ou de jeunesse ... Les questions de personnel sont traitées à la fin du Conseil, à huis clos. 

Le PS étant dans l'opposition à Namur, seul face à une majorité CHD-MR-Ecolo, il n'est pas toujours facile de faire entendre notre point de vue. Je reste néanmoins convaincue de notre plus-value pour plus de justice sociale et d'égalité. C'est notre marque de fabrique et je suis fière de la défendre, y compris au niveau communal namurois. Cela impose de reconnaitre les choses qui sont bien faites mais aussi de dénoncer ce qui n'est pas en phase avec nos valeurs mais toujours dans le respect mutuel bien entendu.  

CComunalVisitesDomiciliairesUne motion contre l'avant-projet de loi visant les visites domiciliaires a été approuvée ce 22 février à Namur par 34 voix pour (PS-cdH-Ecolo-indépendants) et huit voix contre (MR), lors du conseil communal.

Semaine après semaine, le gouvernement fédéral prend des mesures qui affaiblissent notre Etat de droit. L’étranger est devenu la source de tous nos maux, le bouc émissaire parfait. 

En face, le MR namurois était donc bien seul. Cela ne l’a pas empêché de défendre la politique fédérale.

A force de ne rien dire et de tout laisser faire, c’est notre Etat de droit que le MR offre en pâture à quelques animaux politiques avides de haine et de violence qui se nourrissent des peur qu'eux-mêmes engendrent.

Voir le reportage de Canal C

Si vous souhaitez lire l'entièreté de mon intervention : 

mardi, 14 novembre 2017 13:57

Namur, commune hospitalière

Commune hospitalièreLe 5 octobre dernier, j'ai déposé une motion visant à faire de Namur une "commune hospitalière".

Cette initiative s'inscrit pleinement dans le cadre de la campagne initiée par le CNCD - 11.11.11.

La motion vise notamment à saluer les initiatives prises actuellement par Namur et ses citoyens mais aussi à affirmer certains principes et droits fondamentaux comme le droit au logement pour tous. Les droits des sans-papier sont également rappelés.

Une manière de dire au fédéral qu'à Namur on ne veut pas des politiques scandaleuses et inhumaines qui sont menées en matière d'immigration !

Un groupe de travail mixte élus/société civile s'est réuni le mardi 14 novembre pour tenter d'élaborer un texte commun à soumettre au vote lors du conseil communal de février. 

A suivre donc ... 

Lire mon interview dans l'Avenir

Groupe PS NamurLe Groupe PS de Namur réclame une politique plus sociale dans les écoles, à commencer par la gratuité des frais de garderie. Cela représente plus ou moins 600 000 euros par an et si on compare avec un autre dossier qui fait l’actualité à Namur, le téléphérique, le coût est identique… Cela représente seulement 0,003% du budget de la Ville. De l'aide donc pour les 4000 enfants qui fréquentent l'enseignement communal, plutôt qu'un téléphérique qualifié de préhistorique.

Pour le groupe PS namurois, l’enseignement est géré d’une manière « qui n’est pas exempte de reproches» par la majorité namuroise. «Il reste de nombreux efforts à fournir.» Et notamment sur quatre points principaux : les garderies scolaires (demande de gratuité), les repas scolaires (centralisation de l’organisation) et la numérisation (initier et éveiller les sensibilités des enfants au numérique) et l’ingérence au sein des établissements. 

Quant aux différents travaux, le Groupe PS se demande pour quelle(s) raison(s) ceux-ci ont débuté en même temps. «Pourquoi ne pas lancer ces chantiers à des moments différents?» Toutefois, il existe un point positif : «L’adoption d’une charte contre le dumping social, fruit d’un travail conjoint entre le PS et l’échevin Luc Gennart (MR)

Enfin, en termes de mobilité, Gwenaëlle Grovonius a réattaqué le dossier du téléphérique qui ne plaît pas du tout au parti. «Nous nous étonnons de l’absence d’étude d’incidence pour un chantier de cette ampleur

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.