banner evenement

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Cantons judiciaresDe deux cantons judiciaires, l’arrondissement de Philippeville n’en compterait plus qu’un seul, élargi à Onhaye et à Hastière.

Le projet de réforme des justices de paix soumis par le ministre Geens suscite toujours la colère des députés socialistes, qui craignent la perte de cette justice de proximité qui lutte quotidiennement à la pacification des conflits entre citoyens.

«Avant, nous comptions quatre justices de paix dans la zone , explique le député Jean-Marc Delizée. Puis nous sommes arrivés dans l’actuelle période transitoire, avec deux cantons ayant leur siège à Florennes et à Couvin.

Après la fusion proposée par le ministre, nous n’en compterions plus qu’un seul, installé dans un centre administratif à construire à Philippeville. De là, on couvrirait une zone énorme, de 1033 km2, qui compterait l’arrondissement de Philippeville auquel on ajouterait les entités d’Onhaye et d’Hastière. On éloigne totalement la justice du citoyen, dans l’unique but de poursuivre l’assainissement budgétaire de la justice.»

Le texte de loi a été soumis à la commission Justice, en première lecture, la semaine dernière. Le PS a obtenu une deuxième lecture du projet de loi, histoire de soumettre de nouveaux amendements. Les débats seront donc rouverts, probablement la semaine prochaine. Mais la volonté de la majorité fédérale semble inflexible et vise à passer le texte d’ici la fin de cette session parlementaire.

Une justice sous l’arbre

Publié dans Presse

Justices de PaixLe projet de loi du ministre de la justice Koen Geens (CD&V) relatif à la réforme des cantons judiciaires poursuit son cheminement parlementaire. En Commission Justice, le Groupe socialiste s’oppose activement à ce nouveau plan de restructuration des Justices de Paix, notamment par la voix de la Députée Ozlem Ozen. La politique du Gouvernement consiste essentiellement à faire des économies budgétaires - « Silence, on ferme ! » - ce qui aura pour effet d’éloigner la justice du citoyen.

La Justice de Paix, c’est la justice de première ligne, la voie de la conciliation et du dialogue. C’est la proximité au vu des litiges qu’elle est amenée à traiter : conflits de voisinage, tensions intrafamiliales, pensions alimentaires, surendettement, …

Avec son plan de réforme, le Gouvernement met en place une justice « low cost » et moins accessible pour le citoyen.

Pour la Province de Namur, Jean-Marc Delizée et moi-même suivons le dossier avec beaucoup d’attention. Ainsi, en perspective de la seconde lecture du texte (demandée par le Groupe PS), des amendements « namurois » seront déposés, avec d’autres, pour proposer des alternatives à la centralisation.

Cette réforme a pour conséquence la suppression de 7 sièges de Justices de Paix en Province de Namur : Éghezée, Beauraing, Gedinne, Rochefort, Walcourt, Florennes et Couvin.

Selon le projet de Koen Geens, les Justices de Paix de Florennes, Walcourt et Couvin seront rattachées au Canton judiciaire de Philippeville. Celui-ci deviendra un méga territoire couvrant la population des 7 communes de Philippeville et de 2 communes dinantaises : Hastière et Onhaye. Soit une superficie de 1000 km2 ! À titre exemplatif, un citoyen de Gedinne devra à l’avenir parcourir 40 km pour rejoindre la Justice de Paix de Dinant. À noter toutefois que Couvin fermera ses portes dans 2 ou 3 ans lorsque le futur bâtiment fédéral sera construit à Philippeville.

Enfin, interrogé sur l’éloignement des Justices de Paix pour les citoyens, le ministre de la Justice a insisté sur son concept de « justice sous l’arbre ». Lorsque les Justices de Paix auront déserté les campagnes, il appartiendra aux pouvoirs locaux de solliciter le SPF Justice pour mettre en place cette « justice sous l’arbre ». En bref, les communes assumeront, une fois de plus, des charges relatives à des compétences fédérales.

Lire l'article de l'Avenir

Publié dans Lois / Résolutions
mardi, 14 novembre 2017 13:57

Namur, commune hospitalière

Commune hospitalièreLe 5 octobre dernier, j'ai déposé une motion visant à faire de Namur une "commune hospitalière".

Cette initiative s'inscrit pleinement dans le cadre de la campagne initiée par le CNCD - 11.11.11.

La motion vise notamment à saluer les initiatives prises actuellement par Namur et ses citoyens mais aussi à affirmer certains principes et droits fondamentaux comme le droit au logement pour tous. Les droits des sans-papier sont également rappelés.

Une manière de dire au fédéral qu'à Namur on ne veut pas des politiques scandaleuses et inhumaines qui sont menées en matière d'immigration !

Un groupe de travail mixte élus/société civile s'est réuni le mardi 14 novembre pour tenter d'élaborer un texte commun à soumettre au vote lors du conseil communal de février. 

A suivre donc ... 

Lire mon interview dans l'Avenir

Publié dans A Namur

Groupe PS NamurLe Groupe PS de Namur réclame une politique plus sociale dans les écoles, à commencer par la gratuité des frais de garderie. Cela représente plus ou moins 600 000 euros par an et si on compare avec un autre dossier qui fait l’actualité à Namur, le téléphérique, le coût est identique… Cela représente seulement 0,003% du budget de la Ville. De l'aide donc pour les 4000 enfants qui fréquentent l'enseignement communal, plutôt qu'un téléphérique qualifié de préhistorique.

Pour le groupe PS namurois, l’enseignement est géré d’une manière « qui n’est pas exempte de reproches» par la majorité namuroise. «Il reste de nombreux efforts à fournir.» Et notamment sur quatre points principaux : les garderies scolaires (demande de gratuité), les repas scolaires (centralisation de l’organisation) et la numérisation (initier et éveiller les sensibilités des enfants au numérique) et l’ingérence au sein des établissements. 

Quant aux différents travaux, le Groupe PS se demande pour quelle(s) raison(s) ceux-ci ont débuté en même temps. «Pourquoi ne pas lancer ces chantiers à des moments différents?» Toutefois, il existe un point positif : «L’adoption d’une charte contre le dumping social, fruit d’un travail conjoint entre le PS et l’échevin Luc Gennart (MR)

Enfin, en termes de mobilité, Gwenaëlle Grovonius a réattaqué le dossier du téléphérique qui ne plaît pas du tout au parti. «Nous nous étonnons de l’absence d’étude d’incidence pour un chantier de cette ampleur

Publié dans A Namur

large cartepostalecdceCe 14 mai a eu lieu la Journée mondiale du Commerce équitable. Dans ce cadre, le Groupe PS de Namur a voulu relancer la dynamique communale autour du label : « Namur, Commune du Commerce équitable ».

Pour rappel, en 2012 déjà, le Conseil avait voté à l’unanimité l’acte de candidature de la Ville de Namur.

A ma demande, l’ensemble des groupes se sont réunis et accordés pour avancer sur l’obtention des 6 critères nécessaires à la labélisation de notre commune.

Les 6 critères à respecter sont les suivants :

  1. Le conseil communal vote une résolution en faveur du commerce équitable (fait en 2012) et engage l’administration communale à consommer du café et au moins un autre produit équitable ;
  2. Des commerces et établissements horeca installés sur le territoire de la commune proposent au moins deux produits du commerce équitable à leur clientèle ;
  3. Des entreprises, des institutions, des associations et des écoles de la commune consomment des produits équitables et sensibilisent leurs travailleurs et les élèves au commerce équitable ;
  4. La commune communique sur sa participation à la campagne et organise au moins annuellement un événement de sensibilisation au grand public sur le commerce équitable ;
  5. Un comité de pilotage diversifié et représentatif des acteurs locaux coordonne la campagne et mène la commune à l’obtention du titre ;
  6. Parce que les agriculteurs de chez nous comptent aussi, la commune soutient une initiative en faveur des produits agricoles, locaux et durables.

Les différents groupes se sont d’ores et déjà accordés pour activer prochainement le Comité de Pilotage. Par ailleurs, l’échevin Luc Gennart s’est notamment engagé à mettre ce point l’ordre du jour de sa Commission deux fois par an.

Je me réjouis de cette avancée et de l’enthousiasme collectif autour de ce beau projet.

                                                                                   

Publié dans A Namur
vendredi, 31 mars 2017 12:31

Apéros Contés 2017

Gwen apero conté 2017 Jpeg Facebook

Publié dans Evènements
Ce mardi 21 mars 2017, la SNCB présentait aux Bourgmestres et Députés de la Province de Namur le nouveau Plan de Transport 2017-2020. Un nouveau cadre ambitieux, d'après la SNCB, elle-même, tant l’augmentation de l’offre semble importante.
 
Gwenaëlle Grovonius, Députée fédérale, insiste cependant :
 
· Pas de finalisation des travaux du RER, à court terme. Aucune diminution des temps de parcours n’est donc envisageable sur les lignes L161 et L162 (entre Luxembourg et Bruxelles) ;
· Aucune référence au Thalys wallon afin de garantir le statut de gare internationale pour Namur ;
· Pas de priorité pour les lignes rurales : l’entretien des lignes secondaires ne pouvant être assuré dans le cadre budgétaire établi.
 
Selon Gwenaëlle Grovonius, : « L’amélioration de l’offre, je dis oui ! Mais avec la diminution de dotation pour la SNCB et Infrabel, qui va payer ? Le voyageur ? +3% sur le prix des billets ! Le personnel ? 6000 cheminots en moins d'ici 2020 ! »
 
Elle insistera également, à la Chambre, à travers une question au Ministre Bellot, pour la ré-ouverture de la salle des pas perdus d’Andenne.
 
La Fédération PS de Namur tient à réaffirmer tout son soutien aux cheminots qui se battent pour être en capacité d’offrir aux usagers un service public ferroviaire de qualité !
Publié dans A Namur
mercredi, 25 janvier 2017 09:31

Ma visite aux Cracks-en-Tout

FullSizeRender4Le 20 décembre, je suis allée rendre visite aux enfants de l'école des devoirs les "Cracks-en-tout" afin de leur distribuer les livres que nous avions récoltés lors de mes Apéros Contés.

Les mains chargées de galettes et de livres, nous avons passé un excellent moment tous ensemble :) Merci les Cracks :)

A vos agendas !!! La prochaine édition des apéros contés aura lieu le vendredi 12 mai à 17h à l'Espace communautaire du Petit Ry.

Voir l'invitation 

Publié dans A Namur

parkingferme event details image 200 600Suite à son intervention à la Chambre auprès du Ministre compétent, M. Bellot, Gwenaelle Grovonius a demandé à la majorité communale, lors du Conseil communal de ce 20 octobre, si elle était prête à saisir la main tendue par le Ministre fédéral; à savoir prendre en charge la sécurité du parking.

La réponse de l'Échevine Grandchamps fut peu réjouisssante arguant que la propriété doit rester à la SNCB et refusant que la Ville en assure la sécurité. Dans ces conditions, il est à craindre qu’une solution puisse être trouvée. Notre conseillère a alors demandé pourquoi la ville ne reprendrait pas le parking sous sa gestion? L'Échevine a alors ironisé en disant que la ville pourrait aussi reprendre le nouveau parking de la SNCB, le trade center ou encore les voies de la gare. 

Bref, tout ça n'est guère constructif...

Gwenaëlle Grovonius réinterrogera le Ministre afin qu'une solution soit trouvée, il en va de l'avenir de Bomel qui souffre chaque jour un peu plus de son isolement.

Lire également l'interpellation d'Eliane Tillieux en Conseil communal:"Plus qu’un téléphérique, c’est un « pont » entre Bomel et le centre-ville qui est une priorité pour Namur."

et la 1ère intervention en Conseil communal de Gwénaelle Grovonius:"Fermeture du parking de la Gare aux piétons: La Ville assurera-t-elle la sécurité des citoyens?"

Retrouvez l'intervention de Gwenaelle Grovonius ci-dessous

Publié dans Presse
Page 1 sur 2

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.