Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

Mes convictions

Mes convictions (6)

lundi, 28 septembre 2015 09:15

Un petit peu de moi...

Écrit par

D'où je viens ?

Je suis née le 16 octobre 1978 à Namur dans une famille très engagée dans les mouvements syndicaux. J'ai eu la chance de grandir dans une fratrie de 5 enfants. Très attachée à Namur, j'y ai grandi et je l'ai rarement quittée. Pour mes études en traduction et coopération au développement, je suis passée par Bruxelles et Louvain-la-Neuve. Puis me suis envolée 6 mois à Saint-Petersbourg pour approfondir mes connaissances linguistiques.

J'ai donc toujours baigné dans le bain du militantisme. Toute petite déjà je manifestais, m'intéressais aux problèmes de société et aux injustices.

Mon engagement politique

Bénévole active au sein de plusieurs associations, j'ai eu envie de mener ce combat à un autre niveau.  J'ai donc décidé de me mettre dans le peau d'une femme politique en 2006, en me présentant aux élections communales. Pour moi, faire de la politique à Namur, cela me permettait d'apporter ma petite contribution au fait d'avoir une Ville où il fait bon vivre pour tout le monde.

En 2006, je suis désignée au CPAS comme Conseillère de l'action sociale. En 2009, je deviens Conseillère communale et le suis toujours actuellement.

Pourquoi le PS ?

J'ai choisi le Parti socialiste pour ses valeurs de solidarité, de justice et d'égalité. Mais aussi parce que je peux y défendre notre système démocratique, notre modèle institutionnel et nos mécanismes de solidarité sociale. C'est le parti dont je me sens la plus proche. Proche de ses collaborateurs et de ses militants également, des femmes et des hommes qui travaillent dur pour faire bouger les choses !

Mon parcours professionnel 

J'ai commencé ma carrière dans l'ONG Solidarité Socialiste.  Ensuite j'ai travaillé pour plusieurs ministres de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles : Benoît Lutgen, Jean-Claude Van Cauwenbergh, Elio di Rupo et Rudy Demotte. J'étais en charge des relations avec les Parlements.  

Après 7 ans, j'ai eu envie d'autre chose et j'ai repris la direction de la Fédération Infor Jeunes Wallonie-Bruxelles.

Mon arrivée au Parlement fédéral

En mai 2014, j'ai été élue Députée fédérale pour la circonscription de Namur, au même titre que Jean-Marc Delizée, avec qui je menais la liste. Je m'y attendais mais j'ai vraiment été surprise par le nombre de voix de préférences. La campagne a vraiment été un beau moment, l'ambiance générale et la bonne entente avec Jean-Marc et nos co-listiers, les contacts avec les citoyens m'ont renforcée dans l'idée que j'étais faites pour ça ! 

Etre Députée fédérale, c'est devenu mon boulot aujourd'hui. Je suis une bosseuse, j'aime le travail bien fait, je suis donc très active comme députée. Je vis des choses uniques, je rencontre des gens exceptionnels, j'ai encore plus de contacts avec les citoyens. 

Un petit peu plus de moi ...

Mon rêve : Une société plus juste et moins violente.

Une devise : Il n'y a pas de problèmes, que des solutions.

Un plat : J'aime tout, sans lactose.

Un resto : La Brasserie "Le Royal".

Une boutique : Je déteste le shopping.

Une passion : Le jogging.

 

Gwenaëlle, quelqu'un sur qui les citoyens peuvent compter !

Vidéos similaires

10342400 10152434725964143 7578412288517364519 n[1]Printemps 2010, la campagne pour les élections législatives bat son plein… l’occasion pour moi de découvrir une militante namuroise hyperactive, tout le temps en mouvement, une jeune femme engagée – à gauche toute ! –, que je surnomme rapidement « Lady GG », en référence à son clip de campagne original et novateur, parodie de Lady Gaga. Tiens, un vent de fraicheur, un coup de jeune au PS namurois !

Entre nous, le courant passe. J’aime son indépendance d’esprit, sa spontanéité, son rire communicatif car inimitable. Gwenaëlle est directe (oui, trop parfois), franche, idéaliste, révoltée. Etre à Gauche, c’est être à contre-courant du monde comme il va, c’est combattre les inégalités criantes et croissantes, c’est dire non à la main invisible du marché, à la mondialisation, etc.

Législatives 2014, ce fut pour moi un vrai plaisir de former avec Gwen un duo politique, complémentaire et parfaitement paritaire : femme/homme, Nord/Sud, jeune/vieux ;-). Cette campagne solidaire et exemplaire fut une très belle aventure humaine.

Au Parlement, Gwenaëlle s’est intégrée comme un poisson dans l’eau. Marathonienne (« bien dans son corps »), pile électrique toujours rechargée, travailleuse infatigable, Madame la Députée Grovonius n’a pas froid aux yeux ; elle n’a peur de rien, ni de personne. Elle monte aux barricades sur plusieurs fronts à la fois, nationaux et internationaux : entreprises publiques, TTIP, Palestine, minerais de sang, etc.

Bravo ! Mille bravos, Gwen !

 

Je t’admire. Je te souhaite un franc succès pour les années à venir et plein de bonheur.

GwenTilleux
Militante de gauche, marquée par l'engagement syndical de son père, figure d'exception, Gwenaelle est une femme de conviction extrêmement engagée. Entre carrière locale et nationale, les combats qu'elle mène - pour plus d'égalité et de solidarité -  sont le reflet de ses valeurs et de sa détermination. 
Joggeuse entre deux réunions, c'est dans l'acharnement à défendre ses dossiers qu'elle prend un véritable bol d'air. Elle fait de la justice sociale sa ligne de conduite et l'avenir de nos jeunes une priorité. 

GwenPascaleGwen est un véritable ouragan d'énergie, d'enthousiasme et d'engagement.

Pour elle il n' y a aucun sujet tabou en politique : elle n' a pas peur des questions qui fâchent !

Ses prises de position sont claires, franches et généreuses. Son travail politique se nourrit de sa curiosité et des rencontres humaines qu’elle multiplie.

Gwen est une précieuse alliée pour tous ceux qui militent pour un monde plus juste et plus équitable, et pour un socialisme humaniste et international. Un atout pour le PS !

Gwenaëlle, je la rencontre pour la première fois dans les locaux (lugubres) de la fédération des Infor-Jeunes et  pour être plus précise, dans la chapelle de l’ancien CPAS des causes désespérées, voire perdues. 

Elle a les yeux qui brillent, elle sautille comme une sauterelle peut le faire dans le sud de la France.

Moi, je suis déconfite, épuisée, démoralisée par la situation critique de la FIJ. 

Alors, ou c’est moi qui dramatise ou c’est cette sauterelle qui n’a rien compris.

Eh bien Gwen a tout compris de la situation et doit se dire que puisque nous avons atteint le fond, autant sauter pour remonter à la surface.

Gwen n’a pas une idée mais 100 idées à la minute et toutes pertinentes.

La situation est grave et il faut prendre des décisions – Oui, c’est douloureux mais  il faut assumer nous sommes administrateurs rappelle-t-elle. 

Elle se bat pour sauver ce qui reste de la structure et surtout les emplois.  Elle est de bons conseils.

Cela aura pris des mois pour sortir la tête de l’eau et la sauterelle saute toujours au point de postuler pour le poste de directrice de la Fédé.  Je me dis que tant qu’à faire, on ne doit pas la mettre en garde par rapport à la situation.  Elle sera soit  sauveuse soit est fossoyeuse.  Elle sera la sauveuse et quitte rapidement avec son équipe cette chapelle hantée.

A ma grande joie, elle devient administratrice à la COJ (Confédération des Organisations de Jeunesse indépendantes et pluralistes).  Elle est présente et participe activement aux projets.  Elle est approchée pour compléter la composition de la COJ au sein de la CCOJ (Commission consultative des Organisations de Jeunesse).  Gloups, elle n’est que ma suppléante et pense que c’est un traquenard pour qu’elle se « la boucle ».  Mais non, pas du tout, elle donnera son avis même avec du scotch sur la bouche.  C’est Gwen. Et elle fait partie du CA de la FESOJ (Fédération des Employeurs du Secteur des OJ et CJ).  Une vraie engagée.

Elle construit autour d’elle une équipe solide et y arrive juste pour se lancer dans une campagne politique.  Elle est avenante mais ce n’est pas suffisant.  Elle est brillante et n’a pas la grosse tête.  Elle me dit qu’elle se met en retrait pour mener au mieux sa campagne et elle réussit et devient députée fédérale.  Elle récolte plus de 10.000 voix.  Elle est la première étonnée – elle reste classsssss, la tête sur les épaules.  Le plus dur est à venir.  

Je lui parle du mémoire que ma fille Nabila rédige sur les accords de Sykes Picot et elle m’envoie 15 liens intéressants dans la minute qui suit.

Gwen, je suis heureuse de l’avoir rencontrée pour plein de raisons (professionnelles et personnelles).

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.