Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce mercredi 11 novembre 2015, l'UE a approuvé la mise en œuvre de l'étiquetage des produits originaires des colonies israéliennes dans le Territoire palestinien occupé.

Rappelant que ces implantations sont illégales au regard du droit international, cette note de la Commission permettra de mettre en œuvre de manière pleine, entière et effective la législation européenne applicables aux produits des colonies.

Une étape nécessaire, mais non suffisante

A la manœuvre de ce règlement, le Ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, qui avait co-signé, en avril dernier, avec 15 autres Ministres des Affaires étrangères européens, une lettre envoyée à la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, lui demandant d’œuvrer en faveur d’une politique européenne d’étiquetage des produits en provenance des colonies israéliennes (Cisjordanie, Jérusalem-Est, plateau du Golan).

Et en Belgique maintenant?

Pour démontrer la cohérence de sa politique en la matière, il reste à savoir comment la Belgique va appliquer, concrètement, ce règlement ?  Comment va-t-elle organiser la mise en œuvre de cette mesure ? Et s’il existe une volonté politique d’aller plus loin, pour se conformer pleinement au droit international, en interdisant l’importation des produits des colonies ?

J'interrogerai les Ministres compétents afin de faire la lumière sur ces questions.

vendredi, 27 novembre 2015 10:38

Pas de mission économique en Israël

Quelques parlementaires et moi-même avons interpellé cette semaine notre Président de parti, Elio Di Rupo, sur son positionnement quant à l'organisation d'une mission économique en Israël.

 

Voici le courrier que nous lui avons envoyé :

 

Monsieur le Président,

En tant que militants du parti et parlementaires nous aimerions attirer votre attention sur la mission économique en Israël qui se tiendra du 29 novembre au 3 décembre 2015.  Alors que la situation sur place ne cesse de se dégrader, cette mission pose de réelles questions sur la prise de position de nos autorités régionales francophones.

En effet, en décembre 2014, le Parti socialiste s’était opposé au maintien d’une mission identique et ce, « au vu de la situation difficile » qui prévalait quelques mois seulement après l’opération militaire « Bordure protectrice ».

Nous vous posons la question Monsieur le Président : « pensez-vous que cette situation se soit réellement améliorée depuis ? ». Le processus de colonisation ne cesse de s’accentuer, les détentions administratives sont de plus en plus nombreuses, les violations des droits humains sont légion, le blocus de Gaza se poursuit, aucune enquête indépendante et sérieuse n’a pu avoir lieu sur l’offensive.

Cet après-midi, en séance plénière, mon Groupe a rejeté avec force l’Accord commercial entre l’Union européenne et la Colombie-Pérou de juin 2012.

Le Pérou et la Colombie,  sont deux pays importants d’Amérique centrale avec lesquels notre pays et l’UE doivent entretenir des relations diplomatiques et économiques bénéfiques à toutes les parties.

De telles relations ne peuvent cependant se faire n’importe comment et à tout prix. C’est pourtant ce qui nous est proposé aujourd’hui par le gouvernement en nous soumettant ce projet pour assentiment.

Or ici nous sommes face à un accord purement commercial qui ferme sciemment les yeux sur la situation des droits humains et le non-respect manifeste des normes sociales et environnementales qui prévaut dans ces pays.

Page 1 sur 3

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.