Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

IsraelpalestineIsraël, qui détient le contrôle total de l’eau dans les territoires occupés, a décidé de couper les robinets à destination des populations palestiniennes.

Une provocation inacceptable pour les députés socialistes Gwenaëlle Grovonius et Stéphane Crusnière qui étaient il y a quelques semaines encore, en visite officielle dans les territoires occupés : « couper l’approvisionnement en eau de manière totalement arbitraire, en plein de mois de Ramadan et quand les températures oscillent entre 30 et 50°C, c’est non seulement prendre en otage des familles et des enfants mais c’est aussi bafouer le droit international. »

Par cet acte odieux, les autorités israéliennes se mettent une fois de plus en porte-à-faux par rapport à leurs obligations internationales : les Nations unies ont fixé le minimum d’eau requis à 7,5 litres par personne et par jour ! 

Le Groupe PS demande au Ministre Reynders d’intervenir au plus vite sur le plan diplomatique pour rappeler aux autorités israéliennes le respect de ses obligations et que cesse immédiatement le chantage odieux qu’elles exercent sur ce besoin vital et essentiel.

Voir un extrait de ma question d'actualité en séance plénière

Publié dans Actualité

Prisonniers palestiniensJ'ai présenté ce mardi en commission des Relations extérieures de la Chambre une proposition de résolution concernant les détentions administratives de civils palestiniens dans les prisons israéliennes.

La détention administrative est une procédure qui permet à l’armée israélienne de détenir une personne pendant six mois, renouvelables du jour au lendemain sans inculpation ni procès. Le détenu est souvent emprisonné sur base d’informations « secrètes » et donc inaccessibles à sa défense.

Depuis des dizaines d’années, des milliers de Palestiniens ont donc été emprisonnés sans savoir pour quelles raisons, sans pouvoir se défendre et souvent dans des conditions de détention déplorables. 700 Palestiniens - dont 2 parlementaires - sont actuellement emprisonnés sous ce statut de « détenu administratif ».

« Les autorités israéliennes utilisent la « détention administrative » comme un outil de pression/répression dans les territoires palestiniens occupés. Elle est non seulement contraire à l’État de droit mais représente aussi - en instaurant un régime de peur et de représailles arbitraires - un obstacle majeur à toute perspective de justice et de paix dans la région ».

Ma proposition de résolution presse le Gouvernement de poser un acte diplomatique fort en condamnant fermement le principe de détention administrative telle qu’utilisée aujourd’hui par l’État d’Israël. Cette résolution est dans la ligne de celle du Parlement européen qui, en 2008, avait appelé Israël à mettre fin au recours aux « ordonnances de détention administrative ».

Publié dans Lois / Résolutions
vendredi, 27 novembre 2015 10:38

Pas de mission économique en Israël

Quelques parlementaires et moi-même avons interpellé cette semaine notre Président de parti, Elio Di Rupo, sur son positionnement quant à l'organisation d'une mission économique en Israël.

 

Voici le courrier que nous lui avons envoyé :

 

Monsieur le Président,

En tant que militants du parti et parlementaires nous aimerions attirer votre attention sur la mission économique en Israël qui se tiendra du 29 novembre au 3 décembre 2015.  Alors que la situation sur place ne cesse de se dégrader, cette mission pose de réelles questions sur la prise de position de nos autorités régionales francophones.

En effet, en décembre 2014, le Parti socialiste s’était opposé au maintien d’une mission identique et ce, « au vu de la situation difficile » qui prévalait quelques mois seulement après l’opération militaire « Bordure protectrice ».

Nous vous posons la question Monsieur le Président : « pensez-vous que cette situation se soit réellement améliorée depuis ? ». Le processus de colonisation ne cesse de s’accentuer, les détentions administratives sont de plus en plus nombreuses, les violations des droits humains sont légion, le blocus de Gaza se poursuit, aucune enquête indépendante et sérieuse n’a pu avoir lieu sur l’offensive.

Publié dans Actualité

Ce mercredi 11 novembre 2015, l'UE a approuvé la mise en œuvre de l'étiquetage des produits originaires des colonies israéliennes dans le Territoire palestinien occupé.

Rappelant que ces implantations sont illégales au regard du droit international, cette note de la Commission permettra de mettre en œuvre de manière pleine, entière et effective la législation européenne applicables aux produits des colonies.

Une étape nécessaire, mais non suffisante

A la manœuvre de ce règlement, le Ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, qui avait co-signé, en avril dernier, avec 15 autres Ministres des Affaires étrangères européens, une lettre envoyée à la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, lui demandant d’œuvrer en faveur d’une politique européenne d’étiquetage des produits en provenance des colonies israéliennes (Cisjordanie, Jérusalem-Est, plateau du Golan).

Et en Belgique maintenant?

Pour démontrer la cohérence de sa politique en la matière, il reste à savoir comment la Belgique va appliquer, concrètement, ce règlement ?  Comment va-t-elle organiser la mise en œuvre de cette mesure ? Et s’il existe une volonté politique d’aller plus loin, pour se conformer pleinement au droit international, en interdisant l’importation des produits des colonies ?

J'interrogerai les Ministres compétents afin de faire la lumière sur ces questions.

Publié dans Actualité

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.