Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

#nonCnon Amnesty En Belgique en 2017, 38 femmes ont été tuées parce qu’elles étaient femmes, selon la plateforme Mirabal. 38 décès dus à la violence faite aux femmes chez nous, au cœur de l’Europe. Le plus souvent, ces meurtres ou assassinats sont liés à une rupture que l’ex-compagnon n’a pas supportée. Le mode opératoire est varié : coups de couteau, égorgement, étranglement, tir par balle.

En Wallonie, 15000 plaintes pour violences conjugales ont été déposées en 2016. Cela fait 40 plaintes par jours. La moitié de ces plaintes concernaient des violences physiques, au sein même du couple donc ! 

En Wallonie toujours, 1000 plaintes pour viol sont déposées chaque année. Cela veut dire 3 par jour. Quand on sait que seulement une femme sur 6 ose porter plainte, on peut facilement en déduire qu’on arrive à 18 viols par jour. Plus de 6000 par an. Une fois sur deux cela concerne une mineure.

Selon le journal "Le Monde", au cours de leur vie, 14,5 % des femmes déclarent avoir vécu au moins une forme d’agression sexuelle.

Au niveau international, plus de 200 millions de femmes ont été victimes de mutilations génitales féminines ! En Belgique cela nous touche aussi, plus de 13000 femmes excisées vivent en Belgique, 4000 sont à risque. Les chiffres ont doublé depuis 2008 ! Très peu de plaintes ont été enregistrées et aucune affaire n'a encore abouti à une condamnation (qui prévoit des peines d'emprisonnement) à ce jour ! 

Publié dans Actualité

En janvier 2016, le Haut-commisariat des Nations-Unies pour les Droits de l'Homme constatait une recrudescence des violences sexuelles au Burundi perpétrés par les services de sécurité burundais.

Quand les viols deviennent une arme politique ...

L'ONU indiquait que les victimes ne seraient, en outre, pas choisies au hasard. Les viols seraient une arme au service de la répression gouvernementale !

Le pseudo ministre des droits de l'homme burundais a nié les faits. Il y a quelques jours, face à moi, l'Ambassadeur burundais en Belgique a, lui aussi, nié complètement les faits. Il a, par ailleurs, indiqué qu'une enquête allait être menée sur le terrain par des experts de l'ONU qui pourrait confirmer qu'il s'agissait de rumeurs et de mensonges. 

Publié dans Questions

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.