Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

Non à la fermeture du Centre de Blegrade La Croix-Rouge, locataire d’une partie du site de la caserne de Belgrade depuis deux ans, et donc par extension les 300 réfugiés qui y résident, devraient quitter le lieu au premier avril, donc dans moins d’un mois.

Ainsi en aurait décidé le Ministère de la Défense, propriétaire du site.

Le site serait vendu dans sa totalité au Bureau économique de la Province de Namur qui souhaite y créer un parc d’activités économiques pour PME. La Croix Rouge, présente à Belgrade, semble ne pas en avoir été informée.  Le représentant du Ministre de la Défense prétend, lui, en avoir informé Fedasil.

Tout le monde se renvoie la balle donc ! En attendant, il s'agit, ici, de l'avenir incertain de centaines, de femmes, d'enfants et d'hommes qui pourraient se retrouver à la rue dans les jours à venir, sans que personne n'y trouve rien à redire ! 

A mon niveau, j'entends agir de plusieurs manières : 

1) Au Parlement fédéral, j'interpellerai cette semaine le Ministre de la Défense et le Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration. Voir la question et réponse de M. Francken

Pour Monsieur Vandeput, la réponse est claire :  la balle est désormais dans le camp du BEP. «Si le BEP estime que l’évacuation du centre ne presse pas, ce n’est pas la Défense qui demandera cette évacuation. La Défense n’a pas besoin du terrain en question. L’interlocuteur pour la Croix-Rouge et Fedasil est avant tout l’acquéreur du terrain, à savoir le BEP.»

2) Au Conseil Communal de Namur, je questionnerai le Bourgmestre Maxime Prévot, pour savoir ce qu'il entend prendre comme contacts concrets et voir ce qu'il compte faire pour les 300 réfugiés logés sur le site de Belgrade.

3) Au niveau wallon, les contacts utiles sont pris pour interroger le Ministre Di Antonio. Une solution temporaire pourrait-elle être envisagée dans le cadre de la législation expansion pour permettre à la Croix Rouge d'occuper une partie du site et de cohabiter avec le BEP de façon temporaire ? 

Il est important de se mobiliser dans ce dossier avec toutes les forces vives qui souhaitent se mobiliser ... c'est bien ce que je compte faire ! C'est dans cet esprit que je me suis rendue, ce samedi 3 mars, au Centre de Belgrade, pour rencontrer les membres du Collectif, échanger avec eux et montrer qu'ils ne sont pas seuls dans ce combat.  

Lire dans L'avenir du 22 mars 

CComunalVisitesDomiciliairesUne motion contre l'avant-projet de loi visant les visites domiciliaires a été approuvée ce 22 février à Namur par 34 voix pour (PS-cdH-Ecolo-indépendants) et huit voix contre (MR), lors du conseil communal.

Semaine après semaine, le gouvernement fédéral prend des mesures qui affaiblissent notre Etat de droit. L’étranger est devenu la source de tous nos maux, le bouc émissaire parfait. 

En face, le MR namurois était donc bien seul. Cela ne l’a pas empêché de défendre la politique fédérale.

A force de ne rien dire et de tout laisser faire, c’est notre Etat de droit que le MR offre en pâture à quelques animaux politiques avides de haine et de violence qui se nourrissent des peur qu'eux-mêmes engendrent.

Voir le reportage de Canal C

Si vous souhaitez lire l'entièreté de mon intervention : 

IMG 8053Question d'actualité du 18 janvier 2018

Gwenaëlle Grovonius : Monsieur le Ministre, les débats sur votre budget ont été cinglants : ce n’est plus un gel des moyens de la Coopération auquel on assite mais à un hiver nucléaire sous ce gouvernement, bien loin de notre engagement à atteindre les 0,7%. Votre budget 2015 n’atteignait déjà que 0,42%.

L’aide a depuis encore largement diminué en 2016 et 2017. 2018 n’échappera pas à cette diminution et ce malgré l’intégration artificielle des frais d’accueil des demandeurs d’asile dans votre budget.

Ce gouvernement n’arrête pas – certes à raison – de venter les bienfaits d’une « approche globale », cependant sans budget pour la Coopération au développement, il s’agit d’une promesse dans le vide. Pire : d’un slogan sans contenu qui nous décrédibilise à l’échelle internationale.

Un slogan tellement dépourvu de contenu qu’aujourd’hui 111 personnalités de la société civile belge appellent le gouvernement à stopper les coupes budgétaires.

Ces 111 personnalités ne vous demandent pas d’accroitre l’aide au numérique – votre obsession – dans les pays les plus fragiles mais bien de poursuivre une véritable politique de développement. Or sans budget, ces objectifs et la politique de « résultats » que vous affectionnez tant, resteront des vœux pieux.

  • En 2018, suite aux coupes et aux gels décidés par ce gouvernement, à combien de pourcentages du PIB consacrés à l’APD notre pays se situera-t-il ?
  • Qu’en sera-t-il jusqu’à la fin de la législature en matière d’aide gouvernementale et non gouvernementale ? Quelle concertation avec les ACNG ?
  • Dans « Le Soir » vous indiquez qu’avant vous on menait une politique digne des années 70 en la matière et qu’il faut une « coopération efficace ». Comment allez-vous donc faire face aux défis du 21ème siècle comme le réchauffement climatique, la reconstruction post conflit, la sécurité alimentaire ou les droits sexuels et reproductifs sans moyens publics dans des contextes aussi risqués désintéressant le privé ?

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.