Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

Colombie SolsocCe mardi 29 mai, la Commission des Relations Extérieures de la Chambre s'est prononcée en faveur d'auditions sur ma proposition de résolution sur les droits humains en Colombie.

Les efforts en vue du processus de paix sont, bien évidemment essentiels et à encourager, mais malheureusement insuffisants. En dépit des perspectives offertes par l’accord de paix en Colombie, l’application de la plupart de ses points est suspendue à la mise en œuvre de lois et les crimes perpétrés durant le conflit ne peuvent demeurer impunis.

Depuis la signature du fameux processus, la persistance des atteintes aux droits humains révèle, par ailleurs, que la guerre civile entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et les forces de sécurité colombiennes est loin d’être terminée. Elle semblait même s’intensifier dans certaines zones. Les civils demeurent les principales victimes du conflit armé; les plus exposés étant les indigènes, les Afro-Colombiens, les petits paysans et les défenseurs des droits de l’homme.

L’augmentation brutale du nombre d’homicides de défenseurs des droits humains au début de cette année a, une nouvelle fois, mis en évidence les dangers auxquels sont exposées les personnes qui dénoncent des violations en Colombie.

Des auditions auront donc lieu avant le vote. Une première bataille gagnée pour la défense des droits ! 

 

Gwen actu GazaQuestion d'actualité du jeudi 17 mai 2018 au Ministre des Affaires Etrangères, Didier Reynders.

"La répression sanglante de civils à Gaza a atteint son paroxysme à l'heure où l'ambassade des États-Unis à Jérusalem était inaugurée en grande pompe. Mon groupe a demandé à entendre en commission des Relations extérieures l'ambassadrice d'Israël, qui a tenu des propos indignes sur les antennes de la RTBF.

Le tir de balles réelles sur des manifestants civils est inacceptable, et illégal au regard du droit international. Nous espérons une enquête internationale.

Cette violence met à mal tous les espoirs d'une solution pacifique à deux États. Notre responsabilité est engagée.

Qu'en est-il de la convocation de l'ambassadrice de l'État d'Israël? Quand la Belgique reconnaîtra-t-elle enfin l'État de Palestine?"

Didier Reynders, ministre (en français): La position de la Belgique est claire: les violences commises contre des civils sont inacceptables et indignes. Assurer la sécurité des citoyens doit se faire de manière proportionnée. Il existe d'autres moyens, non létaux, pour contenir les foules.

Ambassadrice IsraëlSuite aux propos inacceptables tenus par l'Ambassadrice d'Israël sur les ondes de la Première, j'ai au nom de mon Groupe, demandé au Président de la Commission des Relations extérieures de la Chambre, M. Dirk Vandermaelen, à ce qu'elle soit convoquée devant le Parlement afin de s'expliquer ! 

Voici le contenu de la lettre : 

"Nous avons tous été littéralement choqués par la répression sanglante et disproportionnée des autorités israéliennes de la manifestation d’hier à la limite de la bande de Gaza et qui a fait au moins 55 morts et des centaines de blessés du côté palestinien.

Notre pays et notre assemblée ne peuvent d’aucune manière rester insensibles et muets. L’impunité n’est pas une option face à de tels actes et il revient à la communauté internationale de mener une enquête indépendante.

Cette violence inacceptable prend place dans un contexte déjà tendu au Proche-Orient qui a encore été récemment envenimé par la décision unilatérale du Président Donald Trump de déménager à Jérusalem l’ambassade américaine.

Cette situation – et les violations inacceptables du droit international qui en découlent – rend hélas encore un peu plus lointaine toute relance d’un processus de paix basé sur une solution à deux Etats mutuellement reconnus et vivant en paix et en sécurité.

Au nom de mon Groupe, j’aimerais dès lors vous demander d’organiser le plus rapidement possible au sein de la commission des Relations extérieures que vous présidez l’audition de Madame l’Ambassadeur d’Israël en Belgique, Madame Simona Frankel, afin de pouvoir l’interroger tant sur la répression israélienne d’hier que sur les propos inacceptables qu’elle a tenus ce matin sur les ondes de La Première."

Nous attendons la position des autres Groupes. 

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.