Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

jeudi, 28 mars 2019 13:56

Grand feu de Bouge

Grand feu Bouge 1Ce 10 mars, Bouge fête le dimanche des Brandons, premier dimanche de Carême, lors du Grand feu le plus célèbre de Wallonie. Cette tradition se perpétue depuis plus de mille ans. 

Les Namurois restent fidèles à l’avènement du printemps. « Au grand feu, les sizes au feu », dit un vieux proverbe local ! 

Il y a une cinquantaine d’années, les grands feux avaient pratiquement disparu. Aussi, quelques fervents Bougeois, amateurs de folklore, fondèrent la Confrérie du Grand Feu traditionnel de Bouge, confrérie devenue Royale en 2007. 

Maintes superstitions se rattachent au Grand feu de Bouge. C’est ainsi que celui qui voit les sept feux n’a rien à redouter des grimaciers et des sorciers pendant un an. On prétend aussi que les amoureux qui voient sept feux se marient dans l’année. A bon entendeur ! 

vendredi, 15 mars 2019 09:20

Une avancée pour la décolonisation

Gwen restitutionSuite au travail sur un texte abordant la question de la "translocalisation des oeuvres d'art" de mon collègue du MR, Richard Miller, notre Groupe a déposé un amendement demandant la constitution d'un groupe de travail constitué d'experts belges et africains afin de faire toute la lumière sur les biens africains acquis durant la période coloniale. 

A notre grande satisfaction, l'amendement a été adopté. Je vous prie de trouver l'entièreté de mon intervention

Gwenaëlle Grovonius (PS): Je salue l'initiative de M.Miller dont le texte a permis d'aborder la question de la restitution des biens africains acquis durant la période coloniale.

La résolution aborde la nécessité d'un cadre juridique international réglant la restitution du patrimoine culturel entre États, la nécessité d'inventorier et d'analyser les objets culturels, de l'art et des restes humains présents dans les musées belges, et enfin le besoin d'un dialogue avec les États d'origine des pièces pour en assurer la valorisation conjointe.

Depuis la réouverture du Musée royal de Tervuren, la colonialité de nos institutions fait débat dans nos parlements, au sein de la société civile et dans nos médias. Entre 90 et 95% des biens culturels d'Afrique se trouveraient hors de ce continent. Nous devons nous interroger sur cette problématique aux niveaux politique, diplomatique et scientifique.

Si, selon le directeur du Musée de Tervuren, aucun pays africain ne lui a demandé de restitution à ce stade, il faut que la Belgique se saisisse de cette problématique. M. Gryseels plaide pour la création d'un groupe de travail chargé d'examiner la question avec des experts et d'en élaborer le cadre juridique.

Mon groupe a déposé un amendement en ce sens. Nous proposons aussi une conférence internationale sur ces questions. Le groupe de travail devrait faire le point sur les conditions d'acquisition des collections, sur leur conservation et leur restitution. Les conclusions en seraient présentées à notre assemblée.

 

Namur Expo et le parking : une grande histoire d’amour … !?

Pour les visiteurs du centre d’exposition sans doute, pour les riverains nettement moins. Je ne compte plus le nombre de fois où le quartier a été saturé de véhicules, plus ou moins bien garés, de visiteurs ou exposants de Namur expo. 

Face à cette situation, j’ai souhaité intervenir auprès de la Commune. 

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.