Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

IMG 8053J'avais déjà interrogé le Secrétaire d'Etat le 6 mars dernier sur la fermeture annoncée du Centre d’accueil de Belgrade. 20 jours plus tard, j'apprends par voie de presse que 9 centres, dont le centre de Belgrade, vont définitivement fermer dans le courant de 2018.  Les craintes étaient donc malheureusement bien fondées et elles trouvent un écho dans la mobilisation du Collectif citoyens solidaires de Namur, très impliqué dans la création d’un réseau de solidarité avec les habitants du centre. 

J’ai donc posé les questions suivantes au Secrétaire d’Etat :

- Quels sont les critères qui ont présidé au choix des 9 centres à fermer ?

- Quel est le calendrier ?

- Quelles solutions sont envisagées pour le re-logement des 300 demandeurs d’asile qui y résident ?

-Quelles solutions sont envisagées pour les 35 employés ?

- Que pensez-vous de la proposition du Collectif de réduire de manière équitable le taux d'occupation dans tous les centres et ce afin d'éviter la

suppression radicale de quelques centres, dont celui de Belgrade ?

Publié dans Questions

Début mars, le Groupe PS s’est mobilisé en opposition à la fermeture du Centre pour demandeurs d’asile de Belgrade.

Si la Défense nous annonçait qu’elle laisserait une année de répit à la Croix-Rouge et par extension aux 300 résidents de Belgrade, le Ministère fédéral de l’Asile et la Migration, par la voix de son Secrétaire d’État Théo Francken, fait état aujourd’hui de la fermeture de 9 Centres, dont celui de Belgrade.

Il évoque, dans le cadre du contrôle budgétaire, un nouveau « plan de démantèlement des places d’asile ».

Or, le 6 mars, en réponse à la Députée fédérale PS Gwenaëlle Grovonius au Parlement, le secrétaire d’État laissait le doute planer sur le fait qu’il s’agissait uniquement d’une décision de la Défense de vendre ou non sa caserne.

Publié dans Presse

Non à la fermeture du Centre de Blegrade La Croix-Rouge, locataire d’une partie du site de la caserne de Belgrade depuis deux ans, et donc par extension les 300 réfugiés qui y résident, devraient quitter le lieu au premier avril, donc dans moins d’un mois.

Ainsi en aurait décidé le Ministère de la Défense, propriétaire du site.

Le site serait vendu dans sa totalité au Bureau économique de la Province de Namur qui souhaite y créer un parc d’activités économiques pour PME. La Croix Rouge, présente à Belgrade, semble ne pas en avoir été informée.  Le représentant du Ministre de la Défense prétend, lui, en avoir informé Fedasil.

Tout le monde se renvoie la balle donc ! En attendant, il s'agit, ici, de l'avenir incertain de centaines, de femmes, d'enfants et d'hommes qui pourraient se retrouver à la rue dans les jours à venir, sans que personne n'y trouve rien à redire ! 

A mon niveau, j'entends agir de plusieurs manières : 

1) Au Parlement fédéral, j'interpellerai cette semaine le Ministre de la Défense et le Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration. Voir la question et réponse de M. Francken

Pour Monsieur Vandeput, la réponse est claire :  la balle est désormais dans le camp du BEP. «Si le BEP estime que l’évacuation du centre ne presse pas, ce n’est pas la Défense qui demandera cette évacuation. La Défense n’a pas besoin du terrain en question. L’interlocuteur pour la Croix-Rouge et Fedasil est avant tout l’acquéreur du terrain, à savoir le BEP.»

2) Au Conseil Communal de Namur, je questionnerai le Bourgmestre Maxime Prévot, pour savoir ce qu'il entend prendre comme contacts concrets et voir ce qu'il compte faire pour les 300 réfugiés logés sur le site de Belgrade.

3) Au niveau wallon, les contacts utiles sont pris pour interroger le Ministre Di Antonio. Une solution temporaire pourrait-elle être envisagée dans le cadre de la législation expansion pour permettre à la Croix Rouge d'occuper une partie du site et de cohabiter avec le BEP de façon temporaire ? 

Il est important de se mobiliser dans ce dossier avec toutes les forces vives qui souhaitent se mobiliser ... c'est bien ce que je compte faire ! C'est dans cet esprit que je me suis rendue, ce samedi 3 mars, au Centre de Belgrade, pour rencontrer les membres du Collectif, échanger avec eux et montrer qu'ils ne sont pas seuls dans ce combat.  

Lire dans L'avenir du 22 mars 

Publié dans A Namur

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.