Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

TTIP Burion

Les négociations sur le TTIP, le Traité Commercial Transatlantique, ont repris ce lundi à Bruxelles. L'un des principaux reproche formulé depuis le début à ce traité, c'est justement l'opacité dans laquelle il est négocié. Dans un but de transparence, les États membres et la Commission ont décidé de donner un accès à des documents classifiés.

Ce serait apparemment une première. Les mesures de sécurité pour consulter ces documents sont importantes, à la limite de la paranoïa. 

Seuls les députés fédéraux y auront accès, ils n'auront que deux fois deux heures par semaine pour lire des centaines de pages non traduites en français ou en néerlandais, dans une salle sécurisée, sans assistance et sans Internet...

Gwen Galant petit Ce n’est ni aux usagers, ni aux travailleurs de la SNCB de payer pour l’austérité imposée à la SNCB

 

A l’heure où un transport ferroviaire de qualité représente la principale alternative à la route et aux embouteillages, le gouvernement Michel continue son travail de sape : le futur contrat de gestion de la SNCB, acteur central de la mobilité durable, permettrait à l’entreprise publique de proposer des trains plus chers, moins nombreux et la fermeture de nouvelles gares !

J'interrogeais la Ministre Galant en séance plénière, les choses sont claires : « la cure d’austérité imposée à la SNCB ne peut déboucher sur un service de piètre qualité. Nous ne pourrons accepter que la SNCB puisse augmenter ses tarifs et dans le même temps réduire ses horaires de prestation ou encore supprimer certaines lignes ! Il est inacceptable que ce soient les usagers et les travailleurs de la SNCB qui trinquent pour les mesures d’austérité que ce gouvernement lui a imposées. »

 

Voir le reportage d'RTL-TVI

Ecouter mon interview sur Matin Première 

Lire dans la Presse

jeudi, 18 février 2016 19:27

Communiqué du groupe PS

Pour le groupe PS, ce n’est ni aux usagers, ni aux travailleurs de la SNCB de payer pour l’austérité imposée à la SNCB

A l’heure où un transport ferroviaire de qualité représente la principale alternative à la route et aux embouteillages, le gouvernement Michel continue son travail de sape : le futur contrat de gestion de la SNCB, acteur central de la mobilité durable, permettrait à l’entreprise publique de proposer des trains plus chers, moins nombreux et la fermeture de nouvelles gares !

Pour la députée PS Gwenaëlle Grovonius, qui interrogeait la Ministre Galant en séance plénière, les choses sont claires : « la cure d’austérité imposée à la SNCB ne peut déboucher sur un service de piètre qualité. Nous ne pourrons accepter que la SNCB puisse augmenter ses tarifs et dans le même temps réduire ses horaires de prestation ou encore supprimer certaines lignes ! Il est inacceptable que ce soient les usagers et les travailleurs de la SNCB qui trinquent pour les mesures d’austérité que ce gouvernement lui a imposées. »

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.