Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Gwen Niger1 copieA l'invitation de Plan Belgique, je me suis rendue au Niger, avec mes collègues Magda de Meyer et Nele Lijnen afin de participer à un atelier interparlementaire, les 9 et 10 juin 2016.

L'objectif était d'échanger avec nos collègues nigériens afin d'arriver à réfléchir à un cadre législatif qui protège mieux les enfants, et particulièrement les filles contre les mariages et grossesses précoces à travers leur scolarité. Ainsi que sur une mise à jour du code familial qui autorise le mariage à partir de 15 ans pour les jeunes filles.

Magda De Meyer, présidente de la section Belge de l’AWEPA, a présenté l’idée de faire appel à une loi-type (SADC Model Law) pour relancer une dynamique législative qui s’attaque non seulement à l’âge du mariage des enfants, mais aussi aux défis démographiques plus larges dans ce pays partenaire de la coopération Belge.  Une manière également de mettre en contact nos collègues nigériens avec leurs homologues d'autres pays d'Afrique qui sont plus avancés sur cette question.

Indices de développement très bas

Dans la région, avec un taux d’analphabétisme très élevé, les indices de développement sont très inquiétants et il existe une pression réelle des traditions rétrogrades qui à travers une interprétation souvent abusive de l’Islam bloquent toute initiative qui vise à mettre fin à la discrimination de la femme.  Le milieu rural est particulièrement touché, le taux de fécondité y surpasse largement le taux de croissance économique, ce qui crée  une pression sur le bien-être des filles et femmes dans ces communautés.

Nous avons également été rendre visite à une association partenaire de Plan : l'Organisation pour la Promotion et l'Epanouissement de la Femme Nigérienne qui lutte contre la fistule obstétricale qui est encore un grand fléau au Niger. Gwen Niger 2

 

Publié dans Missions

Je suis cosignatrice de la proposition de résolution relative à la lutte contre les mariages précoces et forcés dans le monde et plus particulièrement dans les pays partenaires de la Coopération belge au développement.

Pourquoi cette résolution ?

Parce que chaque jour, 39 000 filles mineures s’entendent dire qu’elles seront mariées avant leur majorité, soit 27 filles par minute. 

Parce que :

  • 3/4 des mineures mariées quittent l’école pour s’occuper des tâches ménagères;
  • les mineures mariées risquent davantage de mourir en couche et de perdre leur nouveau-né;
  • isolées, elles sont exposées aux violences physiques et sexuelles de leur belle-famille. 

Un enjeu global 

Si géographiquement ce phénomène est relativement concentré, il s’agit bien d’un combat mondial. Il serait en effet inadmissible de défendre les droits des femmes et de traiter les questions de genres et de violences faites aux femmes de manière spécifique et prioritaire en Belgique et d’“oublier” lesdites questions dans nos relations avec nos pays partenaires de la Coopération belge au développement. 

Un enjeu qui rassemble

Les partis de la majorité se sont associés à la cosignature de cette résolution que nous avons votée à l'unanimité. C'est assez rare pour être salué !

 

Publié dans Lois / Résolutions

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.