Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

mardi, 20 mars 2018 14:57

Palestine : Ahed Tamimi, une enfance emprisonnée !

Ahed Tamimi Un tribunal militaire israélien a décidé le 17 janvier de maintenir en détention jusqu'à son procès, malgré son âge, l'adolescente Ahed Tamimi, devenue pour les Palestiniens une icône de l'engagement contre l'occupation israélienne.

Le 21 mars, deux mois plus tard donc, elle a été condamnée à 8 mois de prison ferme ! 8 mois de trop ! La décision a été rendue par un juge militaire à la prison d'Ofer, en Cisjordanie occupée et signifie qu'Ahed Tamimi, âgée de 16 ans et arrêtée en décembre à la suite d'une vidéo devenue virale la montrant frapper des soldats israéliens, passera plus de 10 mois en prison.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a salué la décision du tribunal. «Notre message est clair : celui qui s'en prend aux soldats de Tsahal  le paiera cher», a-t-il tweeté.

Les organisations de défense des droits de l'Homme et l'Union européenne ont exprimé leur préoccupation. Le bureau du Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme a exprimé sa «profonde inquiétude», soulignant dans un communiqué que, selon les normes internationales, un enfant ne devait être détenu qu'en dernier recours. Des ONG ont appelé à la libération immédiate de la nouvelle icône de la cause palestinienne, dont Amnesty, qui estime que la jeune fille n'a rien fait pour «justifier sa détention».

Depuis le 17 janvier donc, Ahed Tamimi est en prison ! Son procès a eu lieu à huis clos. Elle écope d'une peine de 8 mois !

La convention internationale des droits de l'enfant stipule que l'emprisonnement d'un enfant doit être une mesure de "dernier ressort" et "aussi brève que possible". Environ 350 enfants palestiniens sont détenus par Israël, selon Amnesty International.

Chaque année, environ 700 enfants palestiniens âgés de moins de 18 ans de la Cisjordanie occupée sont poursuivis par les tribunaux militaires israéliens après avoir été arrêtés, interrogés et détenus par l’armée israélienne. L’accusation la plus répandue contre les enfants est le jet de pierres, un crime passible de vingt ans de prison. Depuis 2000, plus de 12 000 enfants palestiniens ont été arrêtés et ils sont aujourd’hui plus de 300 à être détenus dans les prisons israéliennes, dans des conditions intolérables et en totale violation de la convention internationale des droits de l’enfant.

Le 14 mai à 14h, la Section Belgique-Palestine de l'UIP, dont j'assure la présidence, organisera une conférence sur cette question. 

Infos et inscriptions

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.