Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

mardi, 14 novembre 2017 09:28

L'hospitalité se bâtit pas à pas

Sept villes et communes wallonnes seulement se sont déclarées «hospitalières», à l’invite du CNCD-111111. Mais l’idée progresse. Lentement.
 

Philippe LERUTH, l'Avenir, 14 novembre 2017

Vielsalm a été la première à répondre à l’invite du CNCD-111111. Dans la foulée, Anderlues, Chièvres, Marchin, Mons, Sainte-Ode et Tintigny se sont elles aussi proclamées «communes hospitalières» pour les migrants. «Et des interpellations sont en cours à Arlon, Bruxelles-ville, Chastre, Charleroi, Écaussinnes, Etterbeek, Forest, Hannut, Huy, Liège, Saint-Gilles, Verviers et Wavre» , poursuit Carine Thibaut, qui coordonne l’opération au Centre National de Coopération au Développement.

Vingt-et-une villes et communes de Wallonie et de Bruxelles en tout, pour une initiative lancée en mai dernier, mais surtout mise sur orbite à la mi-septembre (cf. nos éditions du 14 septembre), pas de quoi pavoiser? «Le but était d’abord de susciter des groupes d’action dans les communes: il y en a une quarantaine , précise Carine Thibaut. Il faut ensuite du temps pour faire adopter une motion» .

Au surlendemain de la manifestation en faveur des sans-papiers, à Bruxelles, un groupe de travail reviendra ce mardi sur le sujet, à Namur.

La capitale wallonne «n’est sûrement pas la plus répressive à l’égard des migrants et notamment des “ sans-papiers ”, et elle a mis un certain nombre de choses en place pour les accueillir» , note la députée fédérale PS Gwenaëlle Grovonius, qui siège au conseil communal namurois. Une convention lie par exemple la vie au Centre d’action interculturelle autour du parcours d’intégration. Et le centre d’accueil de Belgrade est doté d’un comité d’accompagnement.

Publié dans Presse

Cpyright Grain Dix organisations non gouvernementales ont publié en novembre 2016, un rapport dénonçant le détournement d'argent public investi dans la société agroalimentaire canadienne Feronia, présente en République démocratique du Congo, au profit d'un homme politique proche du président Joseph Kabila. La Société belge d'investissement pour les pays en Développement (BIO) est également pointée du doigt pour son prêt à cette entreprise active dans la production d'huile de palme.

D'après les ONG, Feronia a, depuis le mois de janvier 2013, reçu 118 millions d'euros venant d'institutions de financement du développement (IFD) américaines et européennes, dont BIO.

Le rapport, porté entre autres pas le CNCD et SOS Faim, estime qu'un ancien administrateur de Feronia et actuel conseiller diplomatique en chef de Joseph Kabila, aurait largement profité des largesses de Feronia pour s'enrichir. Au total, les ONG ont détecté la sortie de plus de 40 millions de dollars de trois sociétés de Feronia vers d'autres filiales pour la fourniture de services non prestés entre 2012 et 2015. Reste à déterminer si l'argent des IFD, dont BIO, a fini dans la poche de gens proches du pouvoir en RDC.

Ce 14 février, j'ai interpellé le Ministre De Croo au sujet de ce financement : 

Publié dans Questions

Prisonniers palestiniensJ'ai présenté ce mardi en commission des Relations extérieures de la Chambre une proposition de résolution concernant les détentions administratives de civils palestiniens dans les prisons israéliennes.

La détention administrative est une procédure qui permet à l’armée israélienne de détenir une personne pendant six mois, renouvelables du jour au lendemain sans inculpation ni procès. Le détenu est souvent emprisonné sur base d’informations « secrètes » et donc inaccessibles à sa défense.

Depuis des dizaines d’années, des milliers de Palestiniens ont donc été emprisonnés sans savoir pour quelles raisons, sans pouvoir se défendre et souvent dans des conditions de détention déplorables. 700 Palestiniens - dont 2 parlementaires - sont actuellement emprisonnés sous ce statut de « détenu administratif ».

« Les autorités israéliennes utilisent la « détention administrative » comme un outil de pression/répression dans les territoires palestiniens occupés. Elle est non seulement contraire à l’État de droit mais représente aussi - en instaurant un régime de peur et de représailles arbitraires - un obstacle majeur à toute perspective de justice et de paix dans la région ».

Ma proposition de résolution presse le Gouvernement de poser un acte diplomatique fort en condamnant fermement le principe de détention administrative telle qu’utilisée aujourd’hui par l’État d’Israël. Cette résolution est dans la ligne de celle du Parlement européen qui, en 2008, avait appelé Israël à mettre fin au recours aux « ordonnances de détention administrative ».

Publié dans Lois / Résolutions

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.