Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

IMG 8053J'avais déjà interrogé le Secrétaire d'Etat le 6 mars dernier sur la fermeture annoncée du Centre d’accueil de Belgrade. 20 jours plus tard, j'apprends par voie de presse que 9 centres, dont le centre de Belgrade, vont définitivement fermer dans le courant de 2018.  Les craintes étaient donc malheureusement bien fondées et elles trouvent un écho dans la mobilisation du Collectif citoyens solidaires de Namur, très impliqué dans la création d’un réseau de solidarité avec les habitants du centre. 

J’ai donc posé les questions suivantes au Secrétaire d’Etat :

- Quels sont les critères qui ont présidé au choix des 9 centres à fermer ?

- Quel est le calendrier ?

- Quelles solutions sont envisagées pour le re-logement des 300 demandeurs d’asile qui y résident ?

-Quelles solutions sont envisagées pour les 35 employés ?

- Que pensez-vous de la proposition du Collectif de réduire de manière équitable le taux d'occupation dans tous les centres et ce afin d'éviter la

suppression radicale de quelques centres, dont celui de Belgrade ?

Ahed Tamimi Un tribunal militaire israélien a décidé le 17 janvier de maintenir en détention jusqu'à son procès, malgré son âge, l'adolescente Ahed Tamimi, devenue pour les Palestiniens une icône de l'engagement contre l'occupation israélienne.

Le 21 mars, deux mois plus tard donc, elle a été condamnée à 8 mois de prison ferme ! 8 mois de trop ! La décision a été rendue par un juge militaire à la prison d'Ofer, en Cisjordanie occupée et signifie qu'Ahed Tamimi, âgée de 16 ans et arrêtée en décembre à la suite d'une vidéo devenue virale la montrant frapper des soldats israéliens, passera plus de 10 mois en prison.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a salué la décision du tribunal. «Notre message est clair : celui qui s'en prend aux soldats de Tsahal  le paiera cher», a-t-il tweeté.

Les organisations de défense des droits de l'Homme et l'Union européenne ont exprimé leur préoccupation. Le bureau du Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme a exprimé sa «profonde inquiétude», soulignant dans un communiqué que, selon les normes internationales, un enfant ne devait être détenu qu'en dernier recours. Des ONG ont appelé à la libération immédiate de la nouvelle icône de la cause palestinienne, dont Amnesty, qui estime que la jeune fille n'a rien fait pour «justifier sa détention».

IMG 8053Question d'actualité du 18 janvier 2018

Gwenaëlle Grovonius : Monsieur le Ministre, les débats sur votre budget ont été cinglants : ce n’est plus un gel des moyens de la Coopération auquel on assite mais à un hiver nucléaire sous ce gouvernement, bien loin de notre engagement à atteindre les 0,7%. Votre budget 2015 n’atteignait déjà que 0,42%.

L’aide a depuis encore largement diminué en 2016 et 2017. 2018 n’échappera pas à cette diminution et ce malgré l’intégration artificielle des frais d’accueil des demandeurs d’asile dans votre budget.

Ce gouvernement n’arrête pas – certes à raison – de venter les bienfaits d’une « approche globale », cependant sans budget pour la Coopération au développement, il s’agit d’une promesse dans le vide. Pire : d’un slogan sans contenu qui nous décrédibilise à l’échelle internationale.

Un slogan tellement dépourvu de contenu qu’aujourd’hui 111 personnalités de la société civile belge appellent le gouvernement à stopper les coupes budgétaires.

Ces 111 personnalités ne vous demandent pas d’accroitre l’aide au numérique – votre obsession – dans les pays les plus fragiles mais bien de poursuivre une véritable politique de développement. Or sans budget, ces objectifs et la politique de « résultats » que vous affectionnez tant, resteront des vœux pieux.

  • En 2018, suite aux coupes et aux gels décidés par ce gouvernement, à combien de pourcentages du PIB consacrés à l’APD notre pays se situera-t-il ?
  • Qu’en sera-t-il jusqu’à la fin de la législature en matière d’aide gouvernementale et non gouvernementale ? Quelle concertation avec les ACNG ?
  • Dans « Le Soir » vous indiquez qu’avant vous on menait une politique digne des années 70 en la matière et qu’il faut une « coopération efficace ». Comment allez-vous donc faire face aux défis du 21ème siècle comme le réchauffement climatique, la reconstruction post conflit, la sécurité alimentaire ou les droits sexuels et reproductifs sans moyens publics dans des contextes aussi risqués désintéressant le privé ?

Twitter

Facebook

Logo du Parti socialiste belge

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.