Gwenaëlle Grovonius

Twitter

Facebook

Logo PS

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 818

Afficher les éléments par tag : oeuvres d'art

vendredi, 15 mars 2019 09:20

Une avancée pour la décolonisation

Gwen restitutionSuite au travail sur un texte abordant la question de la "translocalisation des oeuvres d'art" de mon collègue du MR, Richard Miller, notre Groupe a déposé un amendement demandant la constitution d'un groupe de travail constitué d'experts belges et africains afin de faire toute la lumière sur les biens africains acquis durant la période coloniale. 

A notre grande satisfaction, l'amendement a été adopté. Je vous prie de trouver l'entièreté de mon intervention

Gwenaëlle Grovonius (PS): Je salue l'initiative de M.Miller dont le texte a permis d'aborder la question de la restitution des biens africains acquis durant la période coloniale.

La résolution aborde la nécessité d'un cadre juridique international réglant la restitution du patrimoine culturel entre États, la nécessité d'inventorier et d'analyser les objets culturels, de l'art et des restes humains présents dans les musées belges, et enfin le besoin d'un dialogue avec les États d'origine des pièces pour en assurer la valorisation conjointe.

Depuis la réouverture du Musée royal de Tervuren, la colonialité de nos institutions fait débat dans nos parlements, au sein de la société civile et dans nos médias. Entre 90 et 95% des biens culturels d'Afrique se trouveraient hors de ce continent. Nous devons nous interroger sur cette problématique aux niveaux politique, diplomatique et scientifique.

Si, selon le directeur du Musée de Tervuren, aucun pays africain ne lui a demandé de restitution à ce stade, il faut que la Belgique se saisisse de cette problématique. M. Gryseels plaide pour la création d'un groupe de travail chargé d'examiner la question avec des experts et d'en élaborer le cadre juridique.

Mon groupe a déposé un amendement en ce sens. Nous proposons aussi une conférence internationale sur ces questions. Le groupe de travail devrait faire le point sur les conditions d'acquisition des collections, sur leur conservation et leur restitution. Les conclusions en seraient présentées à notre assemblée.

Publié dans Lois / Résolutions

Le projet de loi de Koen Geens proposant d’améliorer la lutte contre le trafic illicite d’œuvres d’art passait au vote en plénière ce jeudi. Dans le même temps, son collègue Jan Jambon a décidé de supprimer la cellule « Kunst & Antiek » de la police judiciaire chargée de lutter contre ce trafic… Où est la logique de ce gouvernement ?

J'ai souligné toute l’incohérence de la décision prise par le Ministre de l’Intérieur : « pourquoi supprimer ce service essentiel pour la lutte contre le trafic d’œuvres d’art alors que notre pays, au carrefour de l’Europe, est considéré comme une des plaques tournantes de ces activités criminelles ? Un trafic qui représente une source importante de revenus pour le financement d’organisations terroristes telles que Daesh : selon un rapport de l’UNESCO de 2011, le trafic d’œuvres d’art représente entre 3 et 6 milliards d’euros par an et est devenu, selon l’ONU, le troisième trafic en importance après celui des drogues et des armes. »

Le Groupe PS l’a maintes fois rappelé : ce gouvernement doit aussi travailler sur la lutte contre le financement des organisations terroristes. Et cet aspect est totalement délaissé par le gouvernement alors qu’il est tout aussi essentiel dans la lutte contre le terrorisme.

Selon moi, en supprimant la cellule « Kunst & Antiek » de la police judiciaire, le gouvernement Michel va à contre-courant de la politique volontariste menée par nos pays voisins : « la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ont tous renforcé les moyens humains pour lutter contre le trafic d’œuvres d’art. En supprimant ce point de contact spécialisé, le gouvernement Michel décrédibilise non seulement notre pays sur la scène internationale, mais met aussi la Belgique en difficulté pour répondre aux demandes spécifiques d’Interpol, des douanes étrangères ou d’autres interlocuteurs internationaux ! »

Le Groupe PS appelle le gouvernement à réactiver au plus vite la cellule « Kunst & Antiek » de la police judiciaire et à travailler de manière plus cohérente et plus coordonnée sur la problématique du trafic d’œuvres d’art et plus largement, celle du financement du terrorisme.

 
Publié dans Presse

Twitter

Facebook

Logo PS 2017 RVB petit1

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.