« La question des droits humains fait intrinsèquement partie des valeurs promues et défendues par la Wallonie au travers de son action internationale. Nous ne pouvons rester insensible à cette situation. Le Professeur Djalali doit être libéré ! »

Tel était mon message devant l’assemblée wallonne qui a adopté, le 2 décembre 2020, à mon initiative, une proposition de résolution visant à empêcher l’exécution imminente du Professeur Ahmadreza Djalali en Iran.

Rappel des évènements

Pour rappel, le Professeur Ahmadreza Djalali a été arrêté, en 2016, lors d’un voyage professionnel en Iran. Il a été accusé d’espionnage et condamné à mort lors d’un procès discuté.

Cette annonce de la condamnation du Professeur a profondément choqué et indigné au sein des diverses assemblées de Belgique. Pour afficher son soutien, le Parlement de Wallonie votait une résolution, le 29 novembre 2017, demandant au Gouvernement wallon d’appeler toutes les autorités à condamner fermement et conjointement, auprès de l’État iranien, le jugement rendu à l’encontre du Docteur Ahmadreza Djalali.

Le mardi 24 novembre, l’épouse du Professeur a interpellé la communauté internationale suite à l’annonce, par les autorités judiciaires iraniennes, de l’éxécution imminente de son époux.

Tous les parlements mobilisés

Cette résolution demande au Gouvernement wallon de soutenir, d’urgence, lors de ses contacts bilatéraux ou multilatéraux, toute initiative visant à empêcher l’exécution du Professeur Djalali et à demander sa libération.

Le 10 décembre, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a également approuvé à l’unanimité une résolution similaire.

Si l’exécution semble pour le moment suspendue. La mobilisation doit continuer comme le rappelle notamment Amnesty !

La défense des droits humains reste une priorité ! #PlusFortsEnsemble 

Retrouvez le texte de la résolution ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.